fbpx

La grippe aviaire au Nouveau-Brunswick

Northern Gannets

Biologiste de Nature NB soupçonne la grippe aviaire d’être à l’origine de milliers de décès d’oiseaux


Que pouvez-vous faire? | Ressources additionnelles


Lewnanny Richardson, biologiste et directeur de notre programme sur les espèces en péril, n’a jamais vu autant de fous de Bassan morts et mourant en si peu de temps. Il a raconté à Global News à quel point il est inhabituel de ne pas voir les fous de Bassan voler au-dessus de nos têtes quotidiennement.

Lors de l’exécution de notre programme sur les espèces en péril du Pluvier siffleur, l’équipe de recherche de Lewnanny a commencé à rencontrer des fous de Bassan morts sur le rivage.

Après avoir observé un fou de Bassan présentant des signes de grippe aviaire (H5N1), Lewnanny a rencontré un guillemot marmette décédé, un oiseau qu’il n’avait jamais vu auparavant. Tout cela est très inhabituel.

Bien que l’on s’attende à ce que la population de fous de Bassan résiste à ces mortalités dans les années à venir, il reste inquiétant de voir que cela se produit en grand nombre sur une période aussi brève. Cela nous laisse également préoccupée par de nombreuses espèces en péril côtières. Si vous trouvez des oiseaux morts ou mourants, nous vous recommandons de les signaler au 1-833-301-0334.

Nature NB poursuivra le travail essentiel de son programme reconnu de protection des espèces en péril du Pluvier siffleur et le programme de protecteurs côtiers continuera de surveiller, de maintenir et de protéger les aires de nidification du Pluvier siffleur le long de la Péninsule acadienne. Vous pouvez en apprendre davantage sur l’important travail de Lewnanny et de Nature NB ici.


Début de page

Que pouvez-vous faire?

Si vous avez trouvé la carcasse d’un oiseau sauvage mort, vous avez plusieurs options pour en disposer:

  1. Si elle se trouve dans la forêt ou dans d’autres endroits sauvages, la carcasse peut être laissée dans le paysage pour une décomposition naturelle et/ou pour que les autres animaux sauvages la dévorent.
  2. La carcasse peut être enterrée sur place à une profondeur minimale de 20 cm à l’aide d’une pelle.
  3. La carcasse de l’oiseau peut être emballée deux fois dans des sacs en plastique et placée dans les ordures ménagères.

Si vous rencontrez 5 oiseaux morts ou plus au même endroit, veuillez contacter le bureau du ministère des ressources naturelles et du développement de l’énergie le plus proche.

Veillez à:

  • Tenir les animaux domestiques, les enfants et vous-même éloignés des oiseaux malades ou morts.
  • Porter des gants ou utiliser un sac en plastique doublé et évitez tout contact avec le sang, les fluides corporels et les excréments SI le contact est inévitable. Lavez-vous ensuite soigneusement les mains avec du savon et de l’eau chaude.
  • Si vous avez eu contact direct avec les oiseaux sauvages et que vous présentez des symptômes de grippe, consultez immédiatement un professionnel de la santé.

Pour de plus amples renseignements sur les lignes directrices relatives à la manipulation des oiseaux et à la sécurité alimentaire à l’intention du public, y compris les chasseurs, les bagueurs d’oiseaux, les aviculteurs et les centre de réadaptation de la faune, veuillez consulter le site web de l’Agence de la santé publique du Canada.


Début de page

Ressources additionnelles

  1. Rapportez les oiseaux morts ou mourants au 1-833-301-0334
  2. Agence de la santé publique du Canada : Les oiseaux sauvages et la grippe aviaire – Conseils généraux sur la manipulation
  3. Ressources naturelles et développement de l’énergie : Avis d’information concernant la grippe aviaire

Début de page

2022-07-29T18:52:23+00:00