fbpx

Demande pour que lois et des règlements soient adoptés pour assurer une meilleure protection de terres humides du N.-B.

D’importants groupes de conservation demandent que des lois et des règlements qui s’imposent depuis si longtemps soient adoptés pour assurer une meilleure protection des terres humides du Nouveau-Brunswick

Terre ancestrale des Abénaquis/Fredericton — Dans la foulée de l’assèchement des terres humides de Ferris Street Forest et de la réserve naturelle de Fredericton, d’importants groupes de conservation du Nouveau-Brunswick demandent l’adoption de nouvelles lois et de nouveaux règlements visant à protéger les terres humides.

Dans une lettre adressée aux ministres Mike Holland, Jill Green et Gary Crossman, la Fondation pour la protection des sites naturels du Nouveau-Brunswick, la Section du N. B. de la Société pour la protection des parcs et des sites naturels du Canada, le Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick et Nature NB affirment que la réglementation actuelle ne protège pas les terres humides.

Le jeudi 27 mai, ces groupes ont lancé une campagne pour inviter les Néo Brunswickois à signer leur lettre afin d’assurer une meilleure protection des terres humides de notre province.

L’approche dépassée du Nouveau-Brunswick a été développée par des décideurs qui ne possédaient pas les données probantes nécessaires sur l’importance des terres humides pour la protection de la nature et de nos collectivités. Elle fait que les terres humides demeurent menacées par les pratiques commerciales habituelles, comme les subdivisions mal planifiées et les activités industrielles, surtout celles des entreprises de foresterie dans les forêts de la Couronne, ainsi que par la double crise du changement climatique et de la disparition de la biodiversité du Nouveau-Brunswick.

Ces groupes déclarent qu’il est temps d’adopter une loi de protection des terres humides, et non pas un système d’autorisation d’altération des terres humides.

Les auteurs de la lettre font plusieurs recommandations pour moderniser la protection des terres humides de la province, dont :

  • un examen du ministère des Transports et de l’infrastructure de toutes les autorisations délivrées en vertu du Règlement sur la modification des cours d’eau et des terres humides concernant les répercussions sur toutes les terres humides de plus de deux hectares, pui la publication des résultats de cet examen;
  • l’inclusion de tous les milieux humides d’importance provinciale des terres de la Courron dans les zones protégées dans le cadre du programme du patrimoine naturel de 2020 et l’engagement de développer dès maintenant un plan visant à protéger 25% de la nature du N.-B. au cours des cinq prochaines années;
  • la révision de la Loi sur l’assainissement de l’eau, plus particulièrement pour moderniser la protection des zones côtières en mettant à jour la politique sur la protection des zones côtières et en lui conférant un poids juridique, tel que promis dans la Stratégie de l’eau du N.-B. de 2018;
  • la révision, dès que possible, des ententes sur les forêts de la Couronne afin de protéger adéquatement les terres humides, les rivières et les fleuves des terres publiques en accroissant les zones tampon et en interdisant la coupe d’arbres/la construction de routes dans les terres humides et dans toutes les zones sensibles, dont l’habitat des espèces menacées du N.-B., comme le saumon atlantique, la paruline du Canada et la tortue des bois, entre autres;

Lisez la lettre complète et les recommandations ici.

Qui nous sommes :

La Fondation pour la protection des sites naturels du Nouveau-Brunswick est une organisation de conservation des terres créée en 1987 pour préserver les paysages de la province qui revêtent une importance écologique. À ce jour, elle a permis la conservation de plus de 9 000 acres de 67 réserves naturelles magnifiques et diverses du Nouveau-Brunswick. Notre mission est d’assurer la conservation des zones du Nouveau-Brunswick qui revêtent une importance écologique, de créer des réserves naturelles qui demeurent protégées à jamais, de veiller à l’intendance de ces réserves grâce à un réseau de bénévoles et de militants, et de mobiliser le public concernant l’importance de la conservation des terres, du patrimoine naturel du Nouveau Brunswick, de la biodiversité et des espèces menacées. Visitez notre site Web.

Fondé en 1969, le Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick est, aujourd’hui encore, le principal défenseur public de la protection environnementale de la province. Membre du Club global 500 de l’ONU, il œuvre pour trouver des solutions pratiques afin d’aider les familles, les citoyens, les éducateurs, les gouvernements et les entreprises à protéger l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons ainsi que l’écosystème marin, si précieux pour notre survie, et la terre, dont les forêts, sur laquelle repose notre existence même. Visitez notre site Web.

Nature NB est un organisme de conservation provincial composé de centaines de membres et d’une douzaine de clubs de naturalistes de toute la province. Nous avons pour mission d’honorer, de conserver et de protéger le patrimoine naturel du Nouveau Brunswick par l’éducation, le réseautage et la collaboration.

La section du N.-B. de la Société pour la protection des parcs et des sites naturels du Canada, qui fait partie des SNAP nationales sans but lucratif, a pour mission de collaborer avec des gouvernements, des populations et des communautés autochtones pour protéger une plus grande partie des terres et des eaux publiques du Canada dans l’intérêt des gens et des espèces sauvages. Nous coopérons avec toutes les couches de la société pour trouver des solutions aux défis liés à la conservation de la nature et tisser des liens entre les personnes et la nature, qui soutient la vie de tous les êtres vivants. La SNAP-NB a dirigé des campagnes publiques qui ont fait en sorte que 150 000 hectares de terres supplémentaires sont devenus des aires protégées au Nouveau-Brunswick. Visitez notre site Web.

Pour plus d’information, ou pour obtenir une entrvue, veuillez communiquer avec :

Pour communication en français, veuillez contacter Vanessa Roy-McDougall, directrice exécutive, Nature NB: [email protected] ; 506-459-4209

Autres auteurs:

Renata Woodward, PDG, Fondation pour la protection des sites naturels du Nouveau-Brunswick : [email protected] ; 506-261-1260

Lois Corbett, directrice exécutive, Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick : [email protected] ; 506-238-5292

Roberta Clowater, directrice exécutive, Section du N.-B. de la Société pour la protection des parcs et des sites naturels du Canada : [email protected] ; 506-452-9902

2021-05-28T11:29:21+00:00