Merci, Roger LeBlanc!

//Merci, Roger LeBlanc!

Merci Beacoup, Roger LeBlanc!

Rapport de William Hunter

Qu’il dirige des documentaires animaliers, défende les intérêts de la nature et de la communauté des naturalistes, ou contribue au Recensement des oiseaux de Noël, les contributions de Roger LeBlanc à Nature NB et à l’environnement de notre province s’étendent sur plusieurs décennies.

La directrice générale, Vanessa Roy-McDougall, déclare: «Roger est l’un de nos plus fervents défenseurs et un véritable porte-parole de la faune dans la province. Il a été un membre précieux du conseil d’administration et est toujours l’un des premiers à proposer des solutions et à apporter de l’aide.»

L’amour de Roger LeBlanc pour la nature a commencé tôt. Né à Campbellton, au Nouveau-Brunswick, il se souvient encore des voyages de pêche de son enfance avec son père. Même de sa première truite à l’âge de cinq ans. «Je me souviens encore très bien de cette truite», a déclaré LeBlanc. En riant, il ajoute: «Elle semblait probablement beaucoup plus grosse pour moi à l’époque… C’est l’un de mes premiers souvenirs d’enfance!»

Depuis lors, Roger LeBlanc à délaissé la pêche et la chasse pour se lancé dans un nouveau passe-temps qui l’a amené à Nature NB et à ses clubs. «J’ai commencé à observer les oiseaux lors d’un Recensement des oiseaux de Noël. Je n’étais membre d’aucun club auparavant et ne savais même pas qu’il existait des clubs. Une fois,  que j’ai commencé à observer les oiseaux et que j’ai réalisé qu’il y avait un endroit où les gens comme moi pouvaient aller pour partager cette passion c’est là que je m’y suis rendu», ajoute LeBlanc.

Une fois connecté à Nature NB, LeBlanc a siégé au conseil d’administration pendant 9 ans et a aidé l’organisation à coordonner des ateliers et des événements tels que le Festival de la nature.

«Nous sommes très dynamiques et je pense que nous allons dans la bonne direction. Au Nouveau-Brunswick, nous avons beaucoup de sites naturels extraordinaires. Il est donc important pour des organisations comme Nature NB d’y emmener les gens et de les aider à en profiter d’une manière qui ne nuit pas à l’environnement.»

Roger LeBlanc est aussi un fervent promoteur du bilinguisme auprès de Nature NB.  Il joue toujours un rôle important au niveau traduction et s’assure que Nature NB demeure à l’écoute et que ses programmes et services restent accessibles aux francophones du Nouveau-Brunswick.

«Nous vivons dans une province avec une forte population des deux langues et cela ne changera pas de sitôt», a déclaré Leblanc. «Il y a des défis à cela, mais surtout de bénéfices. Pourquoi descendre une rivière seul quand on peut y aller avec un groupe de personnes? Cela donne plus d’énergie, plus de gens sur qui compter.»

Au cours des trente dernières années, Leblanc a également travaillé à la création de  plusieurs documentaires sur la nature. Parmi ceux-ci, citons «Migrations», sur la migration des oiseaux en Amérique du Nord, lauréat du prestigieux Lirou d’or (premier prix) du Festival international de film ornithologique de Ménigoute en 2007. Sa liste d’œuvres documentaire est vaste, mais il a entre autre suivie la vie du Macareux moine dans «Le Macareux moine», décrit les splendeurs de la baie de Fundy dans «La baie des merveilles» et la recherche, dans notre région, sur la tortue luth et le requin pèlerin avec «Les géants des profondeurs».

Comme le dit Leblanc: «Tout le monde s’intéresse à une bonne histoire et ce depuis que les hommes des cavernes s’en racontaient assis autour d’un feu. J’essaie de faire cela avec mon travail, créer des histoires sur la nature qui encouragent les gens à vouloir en apprendre plus, dans l’espoir qu’en comprenant mieux, ils voudront aussi la protéger.»

Roger LeBlanc encourage également chacun à prendre le temps de passer du temps à l’extérieur et à communier avec la nature. «Il n’y a rien de tel que de sortir au printemps et de se promener, même pendant une demi-heure dans les bois et d’y reconnaître les oiseaux et les sons. Si nous vivons 24 heures dans une boîte, c’est comme mettre un animal dans une cage, ce n’est pas normal», a déclaré LeBlanc.

Il continue. «Alors, reconnectez-vous avec cette belle Mère Nature… Vous ne trouverez peut-être pas ce que vous cherchiez, mais Mère Nature vous donnera toujours quelque chose. Il y a toujours quelque chose de différent, de spectaculaire. C’est peut-être quelque chose d’anodin, mais si vous vous arrêtez et que vous essayez de l’apprécier, cela vous donnera beaucoup pour votre effort.»

Roger, nous ne pourrions être plus d’accord! Pour tout le travail que vous avez accompli pour notre organisation et pour votre contribution à la conservation et à la protection de la nature du Nouveau-Brunswick, merci pour votre incroyable contribution et félicitations pour être notre champion de la nature du mois de février!!

Photo: Roger LeBlanc

2019-04-04T19:55:50+00:00