Merci Beaucoup, Ruth Rogers!

//Merci Beaucoup, Ruth Rogers!

Merci Beacoup, Ruth Rogers!

Rapport de William Hunter

Ruth Rogers est une alliée de Nature NB depuis plus de 40 ans, qu’il s’agisse de maintenir la boîte à bonbons du bureau bien remplie ou de mettre en place des politiques d’intendance dans la salle du conseil. Ses collègues la décrivent comme une véritable «bête de somme» de l’organisation, avec une vie entière à défendre la nature et la conservation depuis qu’elle a dix ans.

«Ruth est une personne extraordinaire, je lui demande toujours ses idées sur la politique. Elle aime beaucoup la nature et c’est une personne à qui il est facile de parler», a déclaré Vanessa Roy-McDougall, directrice générale de Nature NB.

«J’ai fait du bénévolat à Nature NB avant d’avoir du personnel; [à l’époque] il n’y avait en fait que l’exécutif et le conseil d’administration», a dit Rogers. «Nous avons tellement grandi ces dernières années. Nous avons une vraie voix à tant de niveaux maintenant, et nous avons un visage et une présence; les gens nous connaissent.»

Même lorsque Rogers n’avait que dix ans, elle s’est engagée à la conservation et à la protection de notre faune par l’entremise d’un organisme appelé le Club de bonté, un organisme sans but lucratif voué au traitement humain des animaux, fondé en 1959 par Aida Flemming de Fredericton.

«J’étais secrétaire et nous appliquions les règles de procédure de Robert à l’époque. Notre club était le Bunny Club! J’appelle toujours une de mes cousines qui faisait partie du club Bunny Debbie et elle m’appelle toujours Bunny Ruth. Je me souviens d’une fois où mes frères et leurs amis s’amusaient avec des grenouilles et on leur a dit qu’on allait les virer du Club de Bonté s’ils n’arrêtaient pas.» Rogers a ri.

La passion de Rogers pour l’élaboration des politiques a marqué sa carrière. Elle a été infirmière et a joué un rôle de premier plan dans la révision des politiques et des normes de l’Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, l’organisme de réglementation des infirmières autorisées. De là, Rogers a pris les compétences qu’elle a acquises au Club de bonté et en tant qu’infirmière autorisée et les a mises au travail au profit de Nature NB.

Bien que Rogers ne siège plus au conseil d’administration de Nature NB, son influence se fait toujours sentir et les politiques qu’elle s’est efforcée de mettre en place existent toujours. Elle est toujours membre du comité des politiques de Nature NB et donne un coup de main chaque fois qu’elle le peut.

«Parfois, on ne peut pas toujours être là pour faire des choses, mais même le soutien financier et le soutien physique sont d’une grande aide» a dit Rogers.

Rogers continue son amour et sa passion pour la nature, souvent en faisant des randonnées dans les bois ou en prenant le temps d’apprécier son environnement.

«Je remarque la nature, je remarque la forme des arbres, même quand je conduis sur l’autoroute. Je suis revenue de Moncton la fin de semaine dernière et j’ai vu un total de 60 chevreuils se nourrir le long de la route. Je communie avec la nature simplement en étant dehors, en voyant et en sentant tout. J’adore le bruit du vent, l’odeur de la pluie fraîche, de la neige et même du froid», dit Rogers.

Rogers recommande à tous les amoureux de la nature de se tenir au courant des questions qui touchent notre environnement. «Restez informé. C’est la compréhension de la politique publique qui affecte réellement notre environnement. Beaucoup de gens ne font même pas le lien entre les deux ; un plan de gestion forestière mal conçu, par exemple, reviendra nous hanter», a déclaré Rogers.

Merci, Ruth, pour votre soutien continu à Nature NB et pour avoir été une personne formidable sur laquelle cet organisme peut compter. Ruth Rogers, vous êtes notre champion de la nature du mois!

2019-04-04T19:36:16+00:00